La société ne suit pas, la culture tarde à changer.

Le service du paiement électronique (e-paiement) a été officiellement lancé mardi 4 octobre 2016 et pourtant le public tarde à suivre ce mécanisme qui devrait générer que de bonnes choses pour l'ensemble des Algériens et des entreprises.

L'Algérie comptabilise 1 075 000 de cartes CIB contre 8 028 000 au Maroc

About us

Les chaines restent interminable chez l'ensemble des opérateurs économique tels qu'Algérie Télécom, Cnas, Sonelgaz, Air Algérie et si l'on cite que celles ci. Ceci, avec tous les inconvénients que cela engendre utilisation des liquidités, embouteillages, pollution et tous ce qui va avec.

Pourtant, plusieurs entreprises ont ouvert ce service à leurs clients tels Algérie Télécom, Mobilis, Air Algérie, Société des eaux et d'assainissement d'Alger (SEAAL), Djezzy, Ooredoo et Amana Assurances.

Ces institutions ont été suivis incessamment par une deuxième groupe d'entreprises, permettant à leurs clients ou abonnés de procéder au règlement de leurs factures, à l'achat d'unités téléphoniques ou de billets d'avion et à la souscription d'une assurance voyage par carte interbancaire CIB.

En somme, la culture de l'utilisation de la carte de paiement n'a encore sa place dans la société Algérienne. Pour le moment nous ne disposons d'aucune statistique recentes. Les derniers chiffres dont nous disposons dates de 2015.

le nombre de cartes en circulation, sont croissantes mais avec des taux moyens de croissance annuels différents 12,3% pour la Tunisie, 4,6% pour le Maroc et 1,7% pour l'Algérie. Si on prend par exemple l'année 2012 on remarque que le nombre de cartes au Maroc est de 8 028 000 contre 1 075 000 en Algérie soit un écart de plus de six fois. Et la même année, le nombre des cartes en Tunisie est de 2 665 000 soit plus de deux fois d'écarts.

Selon deux chercheurs de l'universite de Sidi Bel Abbes. "L'absence d'un système d'information centralisé dans la plupart des banques ; c'est-à-dire l'absence d'un système informatique centralisé au niveau de chaque établissement bancaire, permettant d'avoir les soldes des porteurs en temps réel ou tout au moins à J+1 .

Kamel Boutiba 8 mai 2018 / 18h10

Vous êtes dans l'info gestion

Faites partie de notre équipe

Parmi nos clients